TABLEAU | SCULPTURE | TAPISSERIE | CADRE ANCIEN

Tableau 19ème / Fixé Sous Verre (Pavillon Central De l’Expo Universelle 1889)

Tableau 19ème / Fixé Sous Verre (Pavillon Central De l’Expo Universelle 1889)

1 200

Epoque

Taille

TABLEAU 19 EME / FIXÉ SOUS VERRE ( PAVILLON CENTRAL DE L EXPOSITION UNIVERSELLE 1889 )
Dimension pour l’ensemble : 84 CM X 73 CM
Dimension pour la peinture : 64 CM X 52 CM
Technique : peinture sur verre inversé (ou peinture sous verre)

3, allée de la Cerisière, Varreddes, France - 77910
0607415540
  Contacter le vendeur
Catégories : ,

Histoire : La peinture sur verre inversé est connue en Occident depuis l’Antiquité. Qualifiée d’«art savant», c’est au cours de la Renaissance que cette forme d’art atteignit son apogée en ce que les compositions devinrent très élaborées, les coloris harmonieux, la virtuosité de la technique étourdissante. Jusque-là réservée à une élite d’artistes, la peinture sur verre inversé s’est largement diffusée et deviendra un art populaire en Europe lors de la seconde moitié du XVIIIesiècle. Bien vite la production en série se propagea au sein de manufactures qui voisinent les verreries: un commerce parfaitement organisé s’instaura et perdura jusqu’à la fin du XIXesiècle. L’Exposition universelle internationale de 1889 à Paris La quatrième Exposition universelle organisée en France célébra le centenaire de la Révolution française. 1889 fut une année décisive, selon l’expression de Maurice Agulhon, pour une France républicaine qui retrouvait sa place parmi les grandes puissances. Cette manifestation peut être considérée comme une campagne massive du gouvernement et de la Ville de Paris pour l’exaltation des valeurs républicaines. Avant de devenir «conservatrice», la nouvelle république montra le résultat de ses années fondatrices : ayant bâti un empire colonial conséquent, elle a fait oublier l’invasion prussienne et la Commune, a surmonté une crise économique profonde et se montre toujours capable d’offrir au monde les fruits de ses multiples talents artistiques.
L’architecture, placée sous la direction technique de Jean-Charles Alphand, fut le moyen d’illustrer ce discours officiel. Le résultat fut –comme à chaque exposition– tout à la fois, féerique, populaire, moderne et controversé.