TABLEAU | OBJETS D'ART | MOBILIER

Jean-Pierre Laurens (1875-1932) Étude d’un homme barbu assis, Crayon sur papier

Jean-Pierre Laurens (1875-1932) Étude d’un homme barbu assis, Crayon sur papier

180

Dimensions H. 24.5 cm × l. 20 cm
Epoque

Technique

Jean-Pierre Laurens (1875-1932)
Étude d’un homme barbu assis
Crayon sur papier
24,5 x 20 cm
Cachet de la succession Jean-Pierre Laurens en bas à gauche

Paris (75010), France - 75010
0676497593
  Contacter l’antiquaire

Description

Jean-Pierre Laurens (1875-1932)
Étude d’un homme barbu assis
Crayon sur papier
24,5 x 20 cm
Cachet de la succession Jean-Pierre Laurens en bas à gauche
En assez bon état : collée aux quatre coins, la feuille est ondulée comme on peut le voir sur les photographies.
Comme les autres dessins présentés ici, cette étude est très caractéristique du style de l’artiste.
Il est très intéressant de comparer ces dessins à ses peintures et autres œuvres pour percevoir son langage artistique très original, proche par certains points du développement du style Art déco en sculpture et dans d’autres arts.
Jean-Pierre Laurens est né le 18 mars 1875 à Paris et est décédé le 23 avril 1932 à Fontenay-aux-Roses.
Il est le fils cadet du peintre Jean-Paul Laurens (1838-1921) et de Madeleine Willemsens (1848-1913). Il était également le frère du peintre Paul Albert Laurens (1870-1934) et l’époux de l’artiste Yvonne Diéterle (1882-1974), sculpteur et peintre.
Il expose au Salon des artistes français à partir de 1899. Il obtient des médailles de troisième classe la même année, une bourse de voyage et une médaille d’argent en 1900. Il reçoit une médaille de deuxième classe en 1906.
Jean-Pierre Laurens est fait prisonnier en septembre 1914, à Rocquigny, près de Péronne. Touché à la jambe, il est transféré au camp de Wittenberg, au sud de Berlin. Il a témoigné par ses dessins des conditions très dures de la captivité et de l’épidémie mortelle de typhus dans le camp de Wittenberg en 1915 dans Prisonniers de guerre. Cahier à la mémoire des compagnons de captivité du camp de Wittenberg (Paris 1918)
En 1928, il se voit confier la décoration de l’église Notre-Dame-du-Calvaire à Châtillon (Hauts-de-Seine), construite par les architectes Joseph Flandrin et Yves-Marie Froidevaux. Après sa mort en 1932, son épouse, la sculptrice et peintre Yvonne Diéterle-Laurens, reprend la direction de ce projet.
Il décède le 23 avril 1932 dans sa résidence de Fontenay-aux-Roses.
Ses œuvres sont conservées dans différents musées des Beaux-Arts en France : Beauvais, Bordeaux, Dole, Fécamp, Rouen, Toulouse et au Musée National d’Art de Paris.
Littérature : Benezit

简体中文EnglishFrançaisItalianoРусскийEspañol