TABLEAU | OBJETS D'ART | MOBILIER

FIRMIN MASSOT, PORTRAIT D’UNE DAME

FIRMIN MASSOT, PORTRAIT D’UNE DAME

2 571

Dimensions H. 30 cm × L. 24.5 cm
Epoque

Technique

Taille

FIRMIN MASSOT

PORTRAIT D’UNE DAME



Domkarska 13, Bratislava, Slovaquie - 821 05
+421908351092
  Contacter l’antiquaire
Catégorie :

Description

FIRMIN MASSOT

PORTRAIT D’UNE DAME

FIRMIN MASSOTH

Genève 1766 – 1849 Genève

Huile sur toile

30 x 24,5 cm / 11,8 x 9,4 in, avec cadre 36 x 30 cm / 14,2 x 11,8 in

PROVENANCE

Alexandre Landre Maison de Ventes, Beaune, Vente actuelle, 7 février 2022, lot 55 (comme « Première partie du XIXème »)

Firmin Massot (1766-1849) appartient à cette génération de portraitistes européens qui ont eu la chance de travailler à une époque où le genre du portrait connaissait des changements véritablement tectoniques. Le langage créatif de l’époque est largement tissé de trois composantes esthétiques principales. La première est le puissant héritage de la fin de l’ère rococo, qui se traduit par une attitude très particulière et très décorative vis-à-vis de la couleur. Le second est l’influence de l’esthétique sentimentale et la redéfinition conséquente de la présentation du modèle. Un défi entièrement nouveau pour les artistes est la représentation du monde intérieur du modèle, dépeint à travers ses expériences. Un troisième aspect important est l’influence croissante du classicisme, qui s’exprime par une présentation plus laconique des formes et le rejet des détails excessifs. Cela a conduit à un renforcement de la généralisation artistique, tant sur le plan formel que technique.

Massot représente à cet égard une évolution classique. Élève du légendaire Lyotard, maître inégalé du genre du pastel, Massot montre dans ses premières œuvres un penchant constant pour l’esthétique du rococo tardif, qui est inhérent aux œuvres de son maître. Sa gamme coloristique se caractérise par une saturation des couleurs et par la richesse et la profondeur de ses solutions tonales. Dans sa période de maturité, Masso a beaucoup travaillé avec le peintre paysagiste Wolfgang-Adam Töpffer (1766 – 1847), qui a peint des arrière-plans de paysages pour ses portraits. L’artiste maintient cette approche jusqu’au début des années 1800, ou plutôt jusqu’en 1807, date à laquelle Massot se rend en France pour plusieurs années. Sa connaissance de l’esthétique de l’Empire et du portrait de grand style a une très forte influence sur Massot. Sa manière devient très laconique et la couleur prend une clarté semblable à celle de l’émail.

« Le Portrait d’une dame noble, de la galerie Maximowicz, est un excellent exemple de la peinture de Massot après sa visite à Paris. Les détails du costume sont un exemple typique de la mode de Paris vers 1810. À cette époque, il réalise un certain nombre de ces petits portraits, dont celui de Madame Madeleine Amat née Beurlin (collection privée), ou de Madame Jean-Gabriel Eynard, née Anne Charlotte Adélaïde Lullin de Châteauvieux (1793-1868).

Wladyslaw MAXIMOWICZ

Bratislava, 2022

简体中文EnglishFrançaisItalianoРусскийEspañol