TABLEAU | OBJETS D'ART | MOBILIER

Edouard Detaille (184-1912) Trophée d’armes, 1885 dessin à la plume signé

Edouard Detaille (184-1912) Trophée d’armes, 1885 dessin à la plume signé

875

Dimensions H. 11.5 cm × l. 20 cm
Epoque

Technique

Edouard Detaille (184-1912) Trophée d’armes, 1885   dessin à la plume signé

Paris (75010), France - 75010
0676497593
  Contacter le vendeur

Description

Trophée d’armes

11.5 x 20 cm

Plume et encre avec rehauts de gouache blanche

Signé et daté 1885 en bas à droite et annoté  « Armée française 4° livraison Chasseurs à pied »et monogrmmé ED sur le montage d’origine

Encadré : 23.5  x 33 cm

En bon état : peut-être légèrement insolé avec de très petites tâches à peine visibles

L’annotation de la main de l’artiste sur le montage d’origine identifie clairement ce dessin comme une étude préparatoire pour le frontispice d’un des volumes du grand ouvrage d’Edouard Detaille, « L’Armée française, types et uniformes » publié de 1885 à 1889.

Ce que confirme la comparaison entre notre dessin et le frontispice effectivement imprimé (voir photos). Notre dessin est bien sur plus grand et enrichi de gouache, mais c’est un témoignage rare de la manière dont Detaille a travaillé de manière très précise et délicate à cette publication qui lui tenait particulièrement à cœur.

Jean-Baptiste Édouard Detaille (Paris 5 octobre 1848 – 23 décembre 1912 Paris) était un peintre académique et un artiste militaire français connu pour sa précision et son réalisme. 
Detaille grandit dans une famille militaire prospère de Picardie ; son grand-père avait été fournisseur d’armes pour Napoléon. Artiste amateur, ami d’un certain nombre de collectionneurs et de peintres, dont Horace Vernet, le père de Detaille encourage les efforts artistiques de son fils. Il a commencé ses études artistiques à l’âge de dix-sept ans sous la direction du célèbre peintre militaire Jean-Louis-Ernest Meissonier ; il l’avait initialement contacté pour lui demander de le présenter au célèbre Alexandre Cabanel, mais Meissonier a décidé d’enseigner lui-même à Detaille. Meissonier a eu une influence majeure sur son style, et c’est lui qui lui a inculqué l’appréciation de l’exactitude et de la précision.
Detaille a fait ses débuts en tant qu’artiste au Salon – l’exposition officielle de l’Académie des Beaux-Arts – de 1867 avec une peinture de l’atelier de Meissonier. Au Salon de 1868, il expose son premier tableau militaire, La Halte des Tambours, qui repose uniquement sur son imagination de la Révolution française. Avec Repos pendant l’exercice, Camp St Maur, qu’il présente l’année suivante, Detaille établit sa réputation de peintre. Au printemps 1870, il effectue un « voyage d’esquisses » en Algérie avec trois autres jeunes peintres, Étienne-Prosper Berne-Bellecour, Alexandre Louis Leloir et Jehan Georges Vibert.
Detaille s’engage dans le 8e bataillon mobile de l’armée française lorsque la guerre franco-prussienne éclate en 1870 ; dès novembre, il voit et vit les réalités de la guerre. Cette expérience lui permet de réaliser ses célèbres portraits de soldats et des représentations historiquement exactes des manœuvres militaires, des uniformes et de la vie militaire en général. Il finit par devenir le peintre officiel des batailles. Il a publié un livre intitulé L’Armée Française en 1885, qui contient plus de 300 dessins au trait et 20 reproductions en couleur de ses œuvres. 
Detaille est l’un des premiers artistes à acheter des photographies à Eugène Atget.
En 1912, Detaille a créé de nouveaux uniformes pour l’armée française. Ils n’ont jamais été adoptés par le ministre de la Guerre, mais les grands manteaux bleu-gris ont influencé les uniformes français de la Première Guerre mondiale, et le casque Adrian a été fortement influencé par ses dessins.
De son vivant, il avait amassé une impressionnante collection d’uniformes et d’objets militaires, qu’il a léguée au Musée de l’Armée à Paris après sa mort.
Detaille apparaît en tant qu’invité à une fête chez la princesse de Guermantes dans la deuxième partie : chapitre un du roman de Marcel Proust, Les villes de la plaine, où Detaille est désigné comme « le créateur du Rêve », son tableau de 1888 également connu sous le nom de Le Rêve, qui montre des soldats endormis sur un champ de bataille rêvant de gloire militaire. Le tableau, qui se trouve au musée d’Orsay à Paris.

简体中文EnglishFrançaisItalianoРусскийEspañol