TABLEAU | SCULPTURE | TAPISSERIE | CADRE ANCIEN

René Seyssaud (1867-1952) « Colline du Guébi près de l’étang de Berre, Provence » Fauve, Chabaud

René Seyssaud (1867-1952) « Colline du Guébi près de l’étang de Berre, Provence » Fauve, Chabaud

Vendu
Epoque

Technique

Taille

technique mixte, huile et tempéra sur carton de René Seyssaud représentant la colline du Guébi près de l’étang de Berre en Provence, signée en bas à gauche, située au dos.
Format hors cadre 38x58cm

12 rue Delescluze, Limoges, France - 87000
0622241148
  Contacter le vendeur
Catégorie :

Il s’agit d’une très belle composition fauve par une des plus grand peintre provençal de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle.
Comme à son habitude il traîte le motif avec force et vigueur en employant une palette Fauve, vive et colorée; je pense réalisée vers 1920.
La technique employée est un savant mélange de peinture à l’oeuf (appelée aussi Tempéra) et d’huile; le motif est un des plus prisé chez Seyssaud, les environs de l’étang de Berre que l’on aperçoit en arrière plan. En effet, René Seyssaud était Marseillais et il prévilègiera sa région sa vie durant. Elève de Pierre Grivolas.Bien qu’enfant d’une famille vauclusienne, il naquit le 15 juin 1867 à Marseille où son père était avocat. Celui-ci l’ayant inscrit aux Beaux-Arts, à sa mort, il rejoignit ses grands-parents à Avignon qui l’inscrivirent à ceux de cette cité où il eut donc comme maître Pierre Grivolas
Il se fait remarquer par son tempérament puissant et sa palette audacieuse aux couleurs vives, ce qui le fait présenter comme un précurseur du fauvisme. Sa première exposition importante eut lieu, en 1892, au Salon des Indépendants de Paris. Il inaugura ensuite le Salon d’Automne et le Salon des Tuileries. Son mariage, en 1899, lui donna l’opportunité de s’installer à Villes-sur-Auzon, où il choisit comme thèmes picturaux le Mont Ventoux et les gorges de la Nesque. Mais atteint de tuberculose, ses médecins lui conseillèrent de se rapprocher de la mer et il déménagea, en 1904, pour rejoindre Saint-Chamas où son atelier dominait l’étang de Berre. Il revint pourtant souvent faire des séjours au pied du Ventoux et au milieu des années 1930, il s’aménagea même un atelier à Aurel. Là venaient les retrouver ses cousins Jean, les jumeaux Paul et Philippe. qui à son exemple se lancèrent dans la peinture et s’y firent un nom. Sur les instances de ses amis Chabaud et Serra, il fut fait officier de la Légion d’Honneur et il s’éteignit à Saint-Chamas le 24 septembre 1952. Ses traits nous sont conservés par le portrait qu’en brossa Pierre Ambrogiani et que conserve le musée municipal Paul-Lafran de Saint-Chamas.
Cette peinture sur carton est en parfait état, livrée dans un très joli cadre contemporain.
Garantie authentique