TABLEAU | OBJETS D'ART | MOBILIER

Jeune Bergère et son Enfant, Dessin attribué à Coupin de La Couperie (1773-1851)

Jeune Bergère et son Enfant, Dessin attribué à Coupin de La Couperie (1773-1851)

800

Epoque

Technique

Beau dessin romantique

78 avenue de Suffren, Paris, France - 75015
0695560298
  Contacter l’antiquaire

Description


Attribué à Marie-Philippe Coupin de La Couperie (1773-1851)

«Jeune Bergère et son Enfant»

Dessin au fusain avec rehaut de craie blanche.

Dans son cadre d’origine d’époque Restauration en bois doré à décor de palmettes dans les angles, étiquette du doreur et encadreur Maison Collard à Versailles.

EPOQUE RESTAURATION.

Provenance:
Les barons de Bordes du Chatelet.
Par descendance, belle maison de maitre à Maisons-Laffitte.

Dimensions :
Dessin seul: hauteur 23,8 cm x longueur 17,8 cm.
Cadre: hauteur 40 cm x longueur 34 cm.

Marie-Philippe Coupin de La Couperie (Sèvres 1773 – Versailles 1851) est un peintre français.
Troisième enfant de Claude Coupin, et frère du critique d’art Pierre-Alexandre Coupin, il sert avec lui dans l’armée à partir de 1793. Ami du peintre Girodet-Trioson et de la peintre sur porcelaine et miniaturiste Marie-Victoire Jaquotot, il travaille d’abord comme peintre de porcelaines à la manufacture nationale de Sèvres. Il est ainsi l’auteur de plusieurs plaques gravées, dont une série de six plaques destinées à orner les piédestaux des vases Cordeliers (Paris, musée du Louvre), réalisés entre 1808 et 1809 et glorifiant le règne de Napoléon Ier.
Coupin de la Couperie est avant tout un peintre troubadour, puisant son inspiration dans les thèmes romantiques du Moyen Âge, et ce jusqu’à la fin de sa vie. Son œuvre la plus célèbre, Les Amours funestes de Francesca de Rimini (1812, Arenenberg, Napoléonmuseum), a été présentée au salon de 1812 et fut un grand succès. On peut également citer Valentine Visconti au tombeau de Louis d’Orléans ou l’incarnation du deuil (1822, Blois, musée des beaux-arts), Gabrielle d’Arjuzon priant pour le rétablissement de sa mère (1814, Paris, musée du Louvre), et Sully montrant à son petit-fils le monument renfermant le cœur d’Henri IV (salon de 1819, Pau, musée national du château). Il devient professeur de dessin à l’École militaire de La Flèche, puis à celle de Saint-Cyr.


简体中文EnglishFrançaisItalianoРусскийEspañol