TABLEAU | OBJETS D'ART | MOBILIER

HENRI HAYDEN, PAYSAGE AVEC L’ÉGLISE

HENRI HAYDEN, PAYSAGE AVEC L’ÉGLISE

659

Dimensions H. 29.5 cm × L. 47.5 cm

HENRI HAYDEN

PAYSAGE AVEC L’ÉGLISE

HENRI HAYDEN Warszawa 1883 – 1970 Paris

Plume et encre noire sur papier, signée et datée « HAYDEN 42 »

29,5 x 47,5 cm / 11,4 x 18,5 in

Domkarska 13, Bratislava, Slovaquie - 821 05
+421908351092
  Contacter l’antiquaire

Description

HENRI HAYDEN Warszawa 1883 – 1970 Paris

Plume et encre noire sur papier, signée et datée « HAYDEN 42 »

29,5 x 47,5 cm / 11,4 x 18,5 in


PROVENANCE

France, collection privée


LITTÉRATURE APPARENTÉE

Les Muses, encyclopédie des arts, Éditions Gtange-Batellière, 1969-1974.

Dictionnaire universel de la peinture, Le Robert, 1975.

Pierre Mazars, Jean-Marie Dunoyer et Jean Selz, L’année de la peinture, Calmann-Lévy, 1980.

Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz, estampes et livres d’artistes, B.N.F., 1992.

Henryk Hayden, l’un des représentants les plus éminents de l’école de Paris, est issu d’une vieille famille juive de Varsovie (son nom de naissance était Henryk Hayden- Wurcel). Malgré tous les efforts des parents, qui voulaient voir dans le fils le successeur de l’entreprise commerciale familiale, Hayden décide de consacrer sa vie à l’art. Après avoir reçu sa formation initiale à l’Institut polytechnique de Varsovie, il entre à l’École des Beaux-Arts, où il entre dans l’atelier de Konrad Krzyzanowski, l’un des plus brillants représentants du symbolisme polonais. Ayant maîtrisé la méthode stylistique de son professeur, qui a été en grande partie formée de l’adaptation du décoralisme d’Edvard Munch, Hayden, déjà peintre pleinement formé, s’installe à Paris en 1907. En France, il a fusionné organiquement dans la vaste colonie polonaise, vivant traditionnellement dans France. La connaissance de Wladyslaw Slewinski, grand ami de Paul Gauguin et éminent représentant de l’école de Pont-Aven, influence également la manière du jeune artiste. Mais le facteur décisif pour l’artiste est sa propre «découverte» de Cézanne, qui complète l’évolution créative des premiers Hayden du symbolisme décoratif au cubisme.

Connaissance des peintres du « nouveau style » Picasso, Matisse, Braque, Gris, et surtout de « l’idéologue » du cubisme Anre Salmon a pleinement intégré Hayden dans le monde artistique parisien et l’a poussé à un contrat avec l’une des meilleures galeries dans la capitale française – Galerie de L’Effort moderne exploitée par Léonce Rosenberg.

La période d’entre-deux-guerres pour Hayden fut celle de son plus grand succès. Après le contrat avec Rosenberg, (qui à bien des égards renforça la popularité croissante), suivirent des expositions personnelles réussies organisées dans les galeries Léopold Zborowski en 1923, Bernheim en 1928, à Drouant en 1933.

Collaboration de Hayden avec Jadwiga Zak, la veuve d’un des peintres polonais les plus célèbres du cubisme primitif, Eugeniusz Zak, fut particulièrement fructueux. Madame Zach, qui s’est spécialisée dans la promotion des artistes d’avant-garde d’Europe de l’Est et d’Amérique latine (en particulier, elle a été la première à organiser une exposition personnelle de Wassily Kandinsky, et ses «favoris» constants étaient Marc Chagall, Amedeo Modigliani et Jules Pascin) régulièrement expose les œuvres de Hayden, notamment dans deux expositions personnelles en 1928 et 1933. La Seconde Guerre mondiale trouve Hayden à Paris. Contrairement à beaucoup de ses amis restés à Paris (comme Jadwiga Zak, qui a ensuite été arrêté avec ses fils et déporté à Auschwitz. Où elle est décédée en 1944), il quitte la capitale française et s’installe d’abord en Auvergne où il rencontre Robert Delaunay et plus tard, en 1943, à Roussillon dans le Vaucluse, où il partage un gîte avec son ami l’écrivain Samuel Beckett.

Après la guerre, Hayden retourne à Paris, où il ouvre son propre studio d’art. Il laisse pratiquement son style cubiste, et son style évolue vers le décorisme laconique.

Déjà au début de son travail, Hayden commença à se tourner régulièrement vers le genre du paysage – dont un exemple peut être trouvé dans des œuvres exécutées de manière absolument cubiste, comme « The Factory » en 1911 (Leeds Art Gallery, Leeds Museums and Galleries) (Fig. 1) ou «Vue à Saint Lunaire» 1911 de la York Art Gallery. L’artiste travaille avec enthousiasme avec de grands plans d’objets, réalisant une monumentalité accentuée des paysages. Le dessin « Paysage avec une église », daté de 1942, a été exécuté pendant la période la plus intense de la vie de l’artiste – le temps de sa fuite forcée de Paris occupé, marquée par ses pérégrinations dans le sud de la France. Malgré les tentatives d’identification de la zone, cette espèce, malgré sa précision topographique, reste inconnue. En attendant, ce travail est intéressant pour nous en raison de «l’évolution conservatrice», le style de Hayden du cubisme mature à l’esthétique de l’impressionnisme tardif. Peut-être que la nature du sud de la France, saluée par le brillant prédécesseur de Hayden, Paul Cézanne, a poussé l’artiste à changer de style? La capacité de généraliser le visible, une technique artistique bien connue de Hayden depuis de nombreuses années de pratique de la peinture dans le cubisme, trouve une incarnation différente dans ce cas – l’artiste pense en termes de grands plans de paysage, les opposant avec un accent clairement reconnaissable dans le forme d’une ancienne église.

Avant d’entrer dans la galerie, le dessin se trouvait dans une collection privée du sud de la France.

简体中文EnglishFrançaisItalianoРусскийEspañol