TABLEAU | OBJETS D'ART | MOBILIER

Frank Myers Boggs (1855-1926), Les Martigues, Aquarelle 1921

Frank Myers Boggs (1855-1926), Les Martigues, Aquarelle 1921

2 200

Epoque

Technique

Belle aquarelle représentant un des plus beaux ports des environs de Marseille

78 avenue de Suffren, Paris, France - 75015
0695560298
  Contacter l’antiquaire

Description

FRANK MYERS BOGGS
(1855-1926)

“Les Martigues”

Aquarelle signé, située et datée 1921 en bas à gauche.

Cadre en bois vieilli et doré de style Montparnasse des années 1930-1940.

Dimensions :
Aquarelle: hauteur 37 cm x longueur 45 cm.
Cadre : hauteur 57,6 cm x longueur 66 cm.

Frank Myers Boggs, dit Frank Boggs, né le 6 décembre 1855 à Springfield (Ohio), mort le 8 août 1926 à Meudon (Hauts-de-Seine), est un peintre et graveur français d’origine américaine.
Frank Myers Boggs est l’élève de Jean-Léon Gérôme à l’École des beaux-arts de Paris. Il expose régulièrement jusqu’à la fin de sa vie au Salon des artistes français, où il reçoit plusieurs distinctions, notamment placé hors-concours et médaille d’argent à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris de 1889.
En 1877, il s’installe boulevard Montparnasse. Il effectue de nombreux aller-retours entre New-York et Paris. À New York, il est reconnu comme peintre impressionniste. Sa carrière française débute lorsque que l’État lui achète Place de la Bastille, en 1882. L’année suivante, il expose chez Goupil (Nice), à Munich, à Londres, puis à Philadelphie et à Chicago. Dès lors, il est courtisé par les musées de renoms, collectionné par le Metropolitan Museum of Art et par les collections privées à l’international.
En 1885 à New York, il expose La Houle à Honfleur qui remporte un prix de 2 500 dollars.
Ses dessins sont spontanés et spirituels. En 1906-1907, il exécute des eaux-fortes de ses sujets favoris. Ses aquarelles, d’une touche précise et ferme, sont très nuancées, et forment la partie la plus importante de son œuvre. Il a décoré de rares plats en céramique en collaboration avec Théodore Deck. Amoureux de Paris, de ses quais et de ses monuments, attaché aux bords de la Seine au long de son cours, insatiable admirateur des ports français et étrangers, il multiplie les vues de ces sites dans des peintures solidement bâties, aux ciels nuageux.
Les marchés animés des petites villes, les ponts, les ports normands, la Rochelle, les Pays-Bas, la Belgique, Venise, sont ses sources d’inspiration qui lui permettent d’élaborer des thèmes et un style personnel prisés du grand public.
Naturalisé français le 14 novembre 1923, Frank Boggs est enterré à Paris au cimetière du Père-Lachaise (44e division), aux côtés de son fils, le peintre Frank-Will.

Bibliographie :
. Arsène Alexandre, 166 illustrations (dont 3 en couleur), Frank Boggs, Le Goupy, Paris, 1929, 133 pages
. Louis Atlas, article « An Early Expatriate», The Chicago tribune and the Daily news, New York, 26 janvier 1930, p. 6
. J.Blu, préface par le comte de Marsy, Catalogue des peintures, dessins, sculptures, Musée Vivenel, 1901, p. 15
. Société des amis des arts du département de Seine-et-Oise, Description des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, miniatures, dessins et pastels exposés dans les salles du Musée de Versailles, le dimanche 19 juillet 1885, 1885, p. 8 et p.14

Musées :
. À Paris : musée du Louvre, départements des arts graphiques. Centre national des arts plastiques, fond municipal d’art contemporain de la ville de Paris.
. En France : Château-musée de Dieppe, musée maritime de l’île Tatihou à Saint-Vaast-La-Hougue, musée Richard Anacréon de Granville, musée des beaux-arts de Nantes.
. À l’international : musée des beaux-arts de Montréal, Boston Museum of Fines Arts, New York Metropolitan Museum of Modern Art.

简体中文EnglishFrançaisItalianoРусскийEspañol